Pourquoi dire non est important ? Comment dire non

Pourquoi dire non est important ? Comment dire non

Avez-vous des problèmes pour dire non ?

J’avais l’habitude d’être très mauvais pour dire non. C’était en partie parce que je n’aimais pas laisser les gens dans l’embarras. Une autre partie était parce que je ne voulais pas décevoir les autres. Il y avait aussi une partie de moi qui pensait que dire non pouvait signifier brûler les ponts avec les autres (un aspect profondément ancré dans la culture asiatique), et je ne voulais pas mettre en péril mes relations avec les autres.

C’est pourquoi je disais oui chaque fois que je le pouvais, et non le moins souvent possible.

La réalité de dire oui

Si dire oui peut sembler être une solution facile pour sortir de l’énigme ci-dessus, en réalité, c’est une solution terrible.

En effet, si elle procure un soulagement rapide à court terme – en évitant la confrontation avec les autres et en gérant les émotions inconfortables -, dire oui a ses propres implications à long terme. Car chaque fois que nous disons oui à quelque chose, nous disons non à nos propres priorités. Considérez ce qui suit :

Chaque fois que vous dites oui à des choses que vous n’aimez pas vraiment, vous dites non aux choses que vous aimez.

Chaque fois que vous dites oui à des choses qui ne vous intéressent pas vraiment, vous dites non aux objectifs sur lesquels vous pourriez travailler.

Chaque fois que vous dites oui à des rencontres qui ne mènent souvent à rien, vous vous privez de temps avec les personnes qui vous intéressent vraiment.

Et chaque fois que vous dites oui à une énième faveur, vous dites non aux choses les plus importantes pour vous.

Ainsi, lorsque j’ai lancé mon entreprise, j’ai dit oui à presque tout. Rencontres, sessions de réseautage, sessions “pick my brain”, faveurs, collaborations, interviews sur le blog, interviews dans les médias, ateliers – c’était oui, oui, oui tout le temps.

Cela a bien fonctionné pendant les premières années. Mais au fur et à mesure que mon activité se développait, que je devenais plus connue dans mon domaine, je me suis retrouvée avec plus de demandes, d’invitations et d’exigences que je ne pouvais humainement en satisfaire. J’ai aussi régulièrement reçu des demandes pour des choses qui ne m’intéressaient pas vraiment, de la part de personnes qui cherchaient activement à obtenir mon temps, ce qui faisait constamment passer leurs demandes en tête de ma liste.

Soudain, mes journées se sont remplies de ce que les autres attendaient de moi. Je me suis retrouvée occupée à rencontrer des gens et à satisfaire leur curiosité sur ce que je faisais, mais sans avancer dans les choses de ma liste. Je me suis retrouvée occupée à faire des interviews, à répondre à des courriels d’aide, à collaborer avec d’autres personnes pour leur rendre service, à accepter des séances pour me demander mon avis et à donner des conseils gratuits sur les problèmes des gens, sans avoir de temps pour mes propres projets.

Je me suis vite épuisé. Mon temps n’était plus le mien, il était accaparé par ce que les autres attendaient de moi. J’étais malheureux, misérable et profondément épuisé. C’est alors que j’ai compris l’importance de dire non.

Pourquoi dire non est important

Dans un monde idéal, nous voulons dire oui à tout le monde. Mais dire “oui” uniquement pour éviter les conflits ou les désaccords n’est pas la solution. Dire non est nécessaire pour…

Faire avancer les choses. La réalité est que nous avons tous un nombre limité d’heures par jour. Si nous ne disons pas non aux autres choses, nous n’aurons jamais le temps de faire les choses.

Avoir du temps pour ce qui est important. Il existe une catégorie d’objectifs qui sont très importants mais qui ne deviendront jamais urgents, appelés les objectifs du quadrant 2. Il s’agit notamment de trouver votre raison d’être, de définir votre vision à cinq ans, de travailler sur votre passion et même de créer votre entreprise. Dire non, c’est protéger vos objectifs du quadrant 2 et vous assurer que vous avez le temps de les réaliser.

Fixez des limites. Certaines personnes supposent que vous êtes libre tout le temps, que leurs demandes sont les plus importantes, ou que vous devez prendre du temps pour elles et elles seulement. Mais ce n’est pas vrai. Si vous ne refusez pas les autres et ne fixez pas de limites, les gens continueront à penser que vous devez donner par défaut. Dire non, c’est fixer des limites et se protéger des autres.

Reprenez le contrôle de votre vie. Enfin, dire non, c’est reprendre le contrôle de votre vie et de votre emploi du temps. Rejeter tout ce qui ne correspond pas à vos objectifs, qui ne vous rend pas heureux, afin de pouvoir créer la vie que vous voulez.

En fin de compte, chaque “oui” a un coût – votre temps, votre énergie, votre bonheur, vos objectifs. Bien que le coût puisse être faible pour chaque “oui”, de petites quantités de “oui” erronés sur une longue période vous éloigneront de l’endroit où vous voulez être.

Pour repousser tous ces coûts, ces déviations, vous devez dire non – afin de pouvoir dire oui à ce que vous voulez.

Comment dire “non” ?

Quand il s’agit de dire non, il y a deux objectifs : vous voulez dire non efficacement, et vous voulez dire non avec tact. Voici mes 7 conseils pour dire non.

1. Soyez direct

Pour les demandes que vous voulez rejeter, il vaut mieux refuser tout de suite plutôt que de remettre à plus tard. Plus vous gagnez du temps, plus cela devient compliqué, car vous avez maintenant la pression supplémentaire d’expliquer pourquoi vous avez mis tant de temps à répondre. Soyez direct et allez droit au but.

Lorsque j’ai du mal à rejeter quelqu’un, j’ai une règle de deux phrases pour en finir. Commencez par un “Désolé, je ne peux pas”. Ensuite, donnez votre raison en une phrase. (Ou si vous ne voulez pas donner de raison, terminez simplement par là.) Limiter votre rejet à deux phrases rend le rejet plus facile, car au lieu de

Lorsque j’ai du mal à rejeter quelqu’un, j’ai une règle de deux phrases pour en finir. Commencez par un “Désolé, je ne peux pas”. Ensuite, donnez votre raison en une phrase. (Ou si vous ne voulez pas donner de raison, terminez simplement par là.) Limiter votre rejet à 2 phrases rend le rejet plus facile, car plutôt que de donner une longue explication sur la raison pour laquelle vous ne pouvez pas faire quelque chose, ce qui vous fait remettre à plus tard le rejet de la personne, vous allez droit au but. Même si vous finissez par répondre en 3-4 phrases ou plus, la règle des 2 phrases vous aide à démarrer.

Par exemple

“Je suis désolé, je ne peux pas me rendre à ce rendez-vous”.
“Je vais passer mon tour, désolé.”
“Cela ne répond pas à mes besoins pour le moment. Merci d’avoir pensé à moi !”
“Je suis retenu par quelque chose et ne pourrai pas faire ça. Désolé !”

2. Soyez sincère

Souvent, nous avons peur de brûler les ponts si nous disons “non”. Alors nous ronronnons et nous disons oui. Ou nous cédons et disons oui lorsque la personne persiste.

La plupart des gens accepteront votre refus si vous êtes sincère. Pas de mensonges, pas d’artifices. Juste de l’honnêteté brute. Par exemple : “Je ne suis pas libre pour vous rencontrer d’ici juin car je suis occupé par [X]”, ou “Cela ne correspond pas à ce que je souhaite faire en ce moment, désolé”.

Dans l’épisode de mon podcast intitulé “Comment dire non”, j’ai raconté qu’une fois, j’ai été invitée à faire partie d’un conseil consultatif par une personne d’un certain niveau d’importance. J’ai voulu refuser, mais je n’avais pas l’impression d’avoir une raison valable de le faire. Ce n’était pas parce que j’avais un autre engagement important – je voulais simplement me concentrer sur mon propre travail. Après avoir réfléchi à la question pendant quelques jours, et avoir édité et réédité ma réponse par e-mail, j’ai décidé d’être honnête et de dire la vérité : le fait de m’impliquer dans ce projet me priverait de temps pour mes propres projets, et je ne voulais pas m’y impliquer si je ne pouvais pas me donner à 100%. Puis j’ai cliqué sur “Envoyer”.

Il s’est avéré qu’il a répondu dans la journée, me disant qu’il avait lu mon courriel avec un sourire, que tout allait bien et qu’il ne fallait pas s’inquiéter du tout !

Bien souvent, nos inquiétudes concernant les autres ne sont pas fondées. Efforcez-vous d’être sincère dans votre réponse, sans mentir ni donner d’excuses. Si l’autre personne est compréhensive, elle le comprendra. Si ce n’est pas le cas, il se peut qu’elle ait des attentes inadaptées à votre égard, et il est préférable de ne pas vous charger de telles attentes (voir n° 6).

3. Concentrez-vous sur la demande, pas sur la personne

L’une des raisons pour lesquelles j’ai eu du mal à dire non dans le passé était que je ne voulais pas rejeter la personne. Ma mère n’était pas là pour moi quand j’étais enfant (en ce sens qu’elle était émotionnellement vide en tant que personne), et cela m’a donné envie d’être là pour les autres. Cependant, comme je l’ai dit plus haut, le fait de dire oui à tout le monde m’a épuisée. J’étais complètement épuisée et malheureuse.

En apprenant à dire non, j’ai appris à me concentrer sur la demande et non sur la personne. Autrement dit, au lieu de me sentir obligée de dire oui parce que j’avais peur de décevoir la personne, j’ai appris à regarder la demande et à évaluer si elle correspondait à mes projets. Est-ce quelque chose que je peux faire de façon réaliste ? Est-ce quelque chose que je peux me permettre de faire maintenant ? Compte tenu de tout ce qui est sur ma liste de choses à faire, puis-je le faire sans compromettre mes autres tâches ?

Si la réponse est “non”, alors je la rejetterai. Il ne s’agit pas de la personne. Il n’y a rien de personnel. Il s’agit simplement de la demande elle-même, et je ne peux tout simplement pas répondre à cette demande pour le moment. Lorsque vous examinez les demandes telles qu’elles sont, vous rejetez objectivement celles qui sont incompatibles avec vous, au lieu de vous forcer à dire oui juste pour faire plaisir aux gens.

4. Soyez positif

On nous a appris à associer le non à la négativité, et à croire que dire non mène au conflit. Mais il est possible de dire “non” et de maintenir une relation harmonieuse. Tout dépend de la façon dont vous le faites.

Pour commencer, cessez d’associer le “non” à la négativité. Réalisez que cela fait partie intégrante de la communication humaine. Si vous voyez le “non” comme une mauvaise chose, cette énergie négative s’exprimera par inadvertance dans votre réponse. Il n’est pas nécessaire de se sentir mal, coupable ou de s’inquiéter (excessivement) des sentiments de l’autre personne. Cela ne signifie pas que vous devez manquer de tact dans votre réponse, mais que vous ne devez pas être obsédé par ce que les autres vont ressentir.

Ensuite, lorsque vous dites “non”, expliquez votre position calmement. Faites savoir à la personne que vous appréciez son invitation/demande mais que vous ne pouvez pas l’accepter en raison de [X]. Vous avez peut-être des priorités contradictoires, vous avez quelque chose à faire ou vous n’avez tout simplement pas le temps. Vous aimeriez aider ou vous impliquer si possible, mais ce n’est pas quelque chose que vous pouvez vous permettre de faire maintenant.

Même si vous rejetez la demande de la personne, gardez les options ouvertes pour l’avenir. Faites savoir à la personne que vous pouvez toujours reprendre contact plus tard pour vous rencontrer, collaborer, discuter des possibilités, etc.

5. Proposez une alternative

C’est facultatif, mais si vous connaissez une alternative, partagez-la. Par exemple, si vous connaissez quelqu’un qui peut l’aider, partagez le contact (avec la permission de la personne, bien sûr). Cela ne doit être fait que si vous connaissez une personne qui peut l’aider.

C’est facultatif, mais si vous connaissez une alternative, partagez-la. Par exemple, si vous connaissez quelqu’un qui peut l’aider, partagez le contact (avec la permission de la personne bien sûr). Cela ne doit être fait que si vous connaissez une alternative, et non pour compenser le fait de ne pas avoir dit oui. Vous n’êtes pas responsable de la recherche d’alternatives pour l’autre personne.

6. Ne vous rendez pas responsable des sentiments des autres.

Une autre raison importante pour laquelle j’ai résisté à dire non dans le passé était que je ne voulais pas que les autres se sentent mal. Je me sentais responsable des sentiments des autres, et je ne voulais pas qu’ils soient malheureux.

En conséquence, je me suis plié en quatre pour rendre les autres heureux. J’ai passé d’innombrables soirées à rattraper du travail, car je faisais passer les besoins des autres avant les miens et je n’avais du temps que pour mes propres affaires le soir. C’était terrible pour ma santé et mon bien-être.

À un moment donné, nous devons tracer une ligne entre aider les autres et nous aider nous-mêmes. Pour être au service des autres, nous devons protéger notre santé et notre bonheur. Ne vous rendez pas responsable des sentiments des autres, surtout s’ils ont tendance à réagir négativement à vos “non”, s’ils s’attendent à ce que vous soyez là pour eux (alors que vous n’avez aucune obligation l’un envers l’autre) et s’ils ne semblent pas accepter un “non” comme réponse. Si la personne accepte votre “non”, tant mieux ; sinon, tant pis. Faites ce que vous pouvez, puis passez à autre chose si c’est au-delà de ce que vous pouvez offrir… ce qui m’amène au point n° 7.

7. Soyez prêt à lâcher prise

Si la personne ne respecte pas vos besoins et s’attend à ce que vous disiez toujours oui, vous devriez peut-être réévaluer votre relation.

Trop souvent, on nous apprend à maintenir l’harmonie à tout prix, c’est pourquoi nous n’aimons pas dire non – nous ne voulons pas créer de conflit. C’est vraiment vrai dans ma culture, où les gens disent oui même s’ils ne sont pas d’accord avec quelque chose, pour en garder du ressentiment et s’en plaindre plus tard.

Mais lorsqu’une relation vous épuise, vous devez vous demander si cette connexion est ce que vous voulez. Dans une relation saine, les deux parties se soutiennent mutuellement. Il ne s’agit pas d’une relation où l’une des parties ne cesse de donner tandis que l’autre demande et prend.

Lorsque j’évalue les relations qui me drainent, je constate qu’il s’agit de celles où je ne suis pas moi-même, où l’on attend de moi que je dise oui et où l’autre partie est malheureuse si je dis non. Dans ce type de relations, l’autre personne est malheureuse tant qu’il y a un “non” – peu importe la façon dont le “non” est dit, car la personne attend simplement un “oui”.

Si vous avez affaire à une telle personne, la question que vous devez vous poser est la suivante : cette relation vaut-elle la peine d’être maintenue ?

Si la réponse est non, c’est simple : laissez tomber.

Si cette relation est importante pour vous, informez la personne de ce problème. Il est possible qu’elle ne soit pas consciente de ce qu’elle fait, et une conversation ouverte et honnête lui ouvrira les yeux.
Ainsi, au lieu de vous inquiéter de dire non à quelqu’un qui ne peut pas accepter le “non”, ce qui n’est pas le vrai problème, vous vous attaquez à la racine du problème, à savoir que vous êtes dans une relation où l’on attend de vous que vous donniez comme sur aujourdhuilemonde . Ce faisant, vous supprimez les relations qui sont toxiques et malsaines. Peut-être qu’en faisant cela, vous renforcez votre relation avec lui/elle. En effet, vous pouvez maintenant être ouvertement honnête avec lui/elle et lui dire oui ou non comme vous le souhaitez, sans ressentir de culpabilité, de peur ou d’hésitation – ce qui est le but de dire non.

Avez-vous des problèmes pour dire non ?

J’avais l’habitude d’être très mauvaise pour dire non. C’était en partie parce que je n’aimais pas laisser les gens en plan. Une autre partie était parce que je ne voulais pas décevoir les autres. Il y avait aussi une partie de moi qui pensait que dire non pouvait signifier brûler les ponts avec les autres (une partie profonde de la culture asiatique), et je ne voulais pas mettre en péril mes relations avec les autres.

 

Mes conseils pratiques Comment Être Plus Productif

Comment Être Plus Productif

Cherchez-vous des moyens d’être plus productif dans votre vie?

Peut-être que vous voulez être plus productif à la maison, au travail ou à l’école.

Peu importe comment vous voulez être plus productif, il est souvent avantageux d’adopter une approche à multiples facettes.

Des conseils de productivité simples peuvent être utiles, cependant, vous devez parfois approfondir un peu plus pour aller au cœur du problème.

Par exemple, il peut y avoir des cas où vous devrez peut-être acquérir de nouvelles compétences, corriger les mauvaises habitudes et être conscient de la façon dont vous passez vos minutes et vos heures.

Alors, comment pouvez-vous vous lancer dans votre quête d’amélioration de la productivité?

Dans cet article, j’offre plusieurs conseils réfléchis sur la façon d’être plus productif.

Ces conseils vous aideront à regarder une productivité sous un nouveau jour.

Vous serez peut-être agréablement surpris de constater que vous prenez vraiment ces conseils à cœur!

Apprenez à établir des priorités.

La hiérarchisation sera toujours un sujet brûlant dans le domaine de la productivité, mais qu’est-ce que la hiérarchisation?

À première vue, vous pouvez penser qu’il s’agit simplement d’attribuer un rang ou une valeur à des éléments de nos listes de tâches ou de tâches. Vous classez le premier élément comme le plus important et le troisième élément comme le moins important.

Mais voici le kicker: la priorisation signifie que vous identifiez ce qui est important à ce stade. Pas hier, pas il y a deux semaines, mais maintenant.

Il s’agit de vivre dans le moment présent et de prendre des décisions en fonction des informations et des ressources actuelles. Même les tâches hiérarchisées par exemple, hier, peuvent avoir un niveau de priorisation entièrement différent aujourd’hui.

Comment pouvez-vous mieux hiérarchiser vos tâches et tâches? Une façon consiste à utiliser un outil appelé boîte Eisenhower, ou matrice de décision.

La boîte Eisenhower est une grande boîte, divisée en quatre quadrants distincts, chaque quadrant représentant l’urgence et l’importance d’une tâche. Vous assignez simplement les tâches dans l’un des quatre quadrants, hiérarchisant ainsi les tâches, et commencez à travailler sur la tâche la plus importante.

Si vous avez du mal à identifier lesquelles de vos tâches sont vraiment urgentes et importantes, vous devriez essayer cet outil utile! Vous pouvez en savoir plus sur l’utilisation de la boîte Eisenhower en cliquant ici.

Allez à la racine de vos problèmes de productivité.

Aucune quantité de conseils de productivité ou de astuces de vie ne peut jamais vous aider si vous ignorez consciemment la cause profonde de vos problèmes de productivité. Vous devez rechercher activement et résoudre ce qui gaspille vraiment votre temps, vos ressources et votre énergie. Bon nombre de nos problèmes de productivité surviennent parce que nous ignorons notre environnement immédiat, nos habitudes de travail et nos outils et que nous ne faisons pas les ajustements nécessaires.

Quels en sont quelques exemples ?

Si vous étudiez dans une zone de la bibliothèque où il y a beaucoup de trafic piétonnier et de bruit? Vous pouvez trouver un plancher plus silencieux ou une heure différente de la journée pour étudier (problème de productivité de l’environnement immédiat).

Si vous ne vous sentez pas assez alerte pour écrire un e-mail cohérent avant le déjeuner? C’est le bon moment pour supprimer certains e-mails de votre boîte de réception (problème de productivité des habitudes de travail).

Si vous utilisez un traitement de texte pour suivre votre budget et que vous réalisez qu’il est trop difficile de faire des calculs? Changez d’outil et utilisez plutôt une feuille de calcul (problème de productivité des outils).

La prochaine fois que vous vous retrouverez coincé quand il s’agit de faire avancer les choses, creusez un peu plus pour trouver la véritable cause de vos problèmes.

Demandez-vous: “Qu’est-ce qui gaspille vraiment mon temps, mes ressources et mon énergie?”Quelles mesures puis-je prendre pour résoudre ce problème?”

Ayez un plan anti-procrastination.

Voici une question rapide pour vous: savez-vous quand vous tergiversez pendant la journée?

Vous avez probablement une assez bonne idée de comment, et quand, vous tergiversez. Vous pourriez passer votre temps à jouer à un jeu en ligne, à faire une charge inutile de linge, à vérifier vos e-mails, à laver votre voiture ou tout autre nombre de tâchesexcept sauf la tâche sur laquelle vous êtes censé travailler.

La bonne nouvelle est que si vous êtes conscient de vos habitudes de procrastination, vous pouvez prendre des mesures actives pour vous remettre sur la bonne voie.

Vous trouverez peut-être utile de rassembler trois à cinq actions incontournables pour vous aider à vous sortir de votre habitude de procrastination. Ces actions devraient résonner avec vous et votre personnalité. Pensez-y un instant: quelles actions allumeront un feu sous vos pieds pour faire avancer les choses?

Certaines idées générales anti-procrastination comprennent: le blocage ou la déconnexion des appareils électroniques, le travail avec un ami responsable et la lecture de citations ou de passages inspirants. Vous pouvez également définir de petites récompenses de travail pour vous-même, changer votre lieu de travail, assembler les outils nécessaires à votre travail ou simplement plonger la tête la première dans votre travail.

Ignorez les demandes non sollicitées.

Peu importe qui vous êtes, ou d’où vous venez, vous avez probablement reçu des demandes non sollicitées à la maison ou au travail.

Les demandes non sollicitées peuvent être soumises à diverses méthodes. Vous pouvez recevoir des lettres, des annonces, des publicités et des offres par courrier postal. Du côté numérique, vous pouvez recevoir des messages électroniques, des appels téléphoniques et des messages, ou des messages texte. Les demandes prennent souvent la forme d’une demande de rétroaction sur une enquête, d’une révision d’un livre ou d’un article ou d’un appel téléphonique exploratoire.

Ces demandes sont non seulement gênantes, mais elles peuvent consommer énormément de temps et d’énergie. Et vous savez ce que cela signifie: plus de temps passé à traiter ces demandes gênantes, et moins de temps à travailler sur vos projets et vos missions. Qu’est-ce qu’une personne doit faire?

Tout simplement, vous n’avez pas à répondre à des demandes non sollicitées. Rappelez-vous: ce sont des demandes non sollicitées. Vous n’avez pas demandé à être contacté. Placer votre attention sur ces éléments est simplement un gaspillage d’énergie et de concentration. Si vous n’avez pas fait de demande d’informations, vous pouvez l’ignorer, la supprimer, la mettre à la poubelle ou la recycler, comme bon vous semble.

Et vous? Lequel de ces conseils de productivité vous a le plus marqué ? Quels petits changements allez-vous apporter dans vos routines de travail, de maison ou d’étude? Rejoignez la conversation et laissez un commentaire ci-dessous!

Vous souhaitez maîtriser la gestion du temps ? Consultez le Guide de l’Expert en gestion du temps, un manuel électronique autoguidé conçu pour vous aider à acquérir des compétences de base en gestion du temps.

Si vous souhaitez faire passer vos compétences en gestion du temps au niveau supérieur, en savoir plus sur mon coaching en gestion du temps.

Voir aussi